Marseille : ces dates où tout a basculé

by • 30 septembre 2016 • Le GROS dossierComments (0)1804

MarseilleMarseille, c’est des milliers d’années d’histoire, d’événements, de construction. Au cours de ces siècles, la ville s’est faite et défaite, transformée, métamorphosée. Mais il y a certaines dates, certains moments qui font l’identité de la cité phocéenne. Ces instants qui font que cette ville est semblable à aucune autre.

1671 – Le 1er café de France voit le jour…  à Marseille !

Voilà une innovation qu’on ne doit pas aux Parisiens mais bien aux Marseillais ! En 1644, le café est introduit pour la première fois à Marseille par un négociant venu de Constantinople. Ce n’est qu’en 1671 que le premier établissement à proposer un débit de café ouvre ses portes dans la Cité Phocéenne.
Loin d’avoir le confort que connaissent les cafés de nos jours, il connaît malgré tout un fort succès, à tel point que Paris s’empresse de suivre ce modèle.

1720 – Marseille fait face à une grande épidémie de peste

Cette année-là, la Cité Phocéenne doit faire face à un véritable fléau. Arrivé de Syrie, le navire « Le Grand Saint-Antoine » apporte avec lui le bacille de la peste. L’administration est au courant de la présence du virus mais autorise tout de même le bateau à accoster et à décharger ses marchandises. Le bilan est lourd : environ 40 000 personnes décèdent, soit la moitié de la population marseillaise. Par la suite, la maladie s’est propagée dans le reste de la Provence, faisait plus de 100 000 morts.

1779 – Cette année où une « sardine »  a bouché le port de Marseille

Cette anecdote est devenue emblématique dans l’histoire de Marseille. Toutes ces personnes, perplexes lorsqu’elles entendent parler pour la première fois d’une sardine qui a bouché le port, se disent certainement « Encore une exagération marseillaise ! ». Eh bien, non, pas complètement.
En 1979, un navire anglais, baptisé la Sartine – avec un « t » -, chargé de transporter des prisonniers, débarque à Marseille. Suite à une erreur de navigation, le bateau heurte les rochers et finit par couler. Ses mats, tellement hauts et imposants, ont bloqué le port pendant plusieurs jours. Le bouche à oreille fit le reste : la « Sartine » fut renommée la « Sardine ».

1932 – La naissance de Ricard, « Le vrai pastis marseillais »

Au XVIIIe siècle, les autorités françaises interdisent la consommation et vente d’absinthe, boisson qui fait des ravages à l’époque. En 1920, l’Etat autorise à nouveau la production de boissons alcoolisées anisées à une seule condition : le degré d’alcool doit être inférieur à 30°. Deux ans plus tard, le niveau d’alcool autorisé est relevé à 40°. En Provence, les boissons anisées ont déjà un fort succès, notamment à l’heure de l’apéritif.
Conscient du potentiel de cet alcool, Paul Ricard, un Marseillais de 23 ans, saisit l’opportunité et crée une marque à son nom. Il donne également un nom à cette boisson à base d’anis et de réglisse : le Pastis. « Pastis » signifiant « mélange » en provençal. Le « jaune » a désormais une appellation officielle!

23 juin 1972 – Zinédine Zidane, la naissance d’une légende

Lorsqu’il tapait dans un ballon du centre social de son quartier, il était sans doute loin d’imaginer qu’il deviendrait un jour une légende. Une légende pour les jeunes de cités, une légende pour les Marseillais, pour les Français mais aussi pour le reste du monde.
Né en 1972, Zinédine Zidane grandit dans la cité de La Castellane, dans le 16ème arrondissement de Marseille. Très vite, il intègre des clubs de quartiers puis des clubs français.
En 1996, cet enfant « des quartiers » est propulsé sur le devant de la scène lorsqu’il intègre la Juventus de Turin, considérée comme une des meilleures équipes de football du monde. Au sein de ce club, il enchaine les victoires au niveau national et européen.
En 1998, c’est la consécration. Sélectionné dans l’Equipe de France, il remporte la coupe du monde et reçoit, la même année, le Ballon d’or.
Aujourd’hui entraineur au Real Madrid, il reste aux yeux des Marseillais une véritable légende.

26 novembre 1977 – Ouverture de la première ligne de métro

Le 26 novembre 1977, Marseille devient la seconde ville de France à posséder un métro. Elle inaugure sa première ligne, reliant le nord de la ville au sud, de la station La Rose jusqu’à Castellane. A l’époque, elle est gérée par la Régie Autonome des Transports de la Ville de Marseille (RATVM), devenue la Régie des Transports de Marseille (RTM) en 1986.

Le 26 mai 1993 – Ce jour où l’OM est sacré champion d’Europe

Cette date restera marquée à jamais dans l’histoire de l’Olympique de Marseille et dans celle des Marseillais. Lors de la finale de la ligue des champions de l’UEFA, le 26 mai 1993, l’OM affronte le Milan AC dans le Stade Olympique de Munich. Avec un score de 1 à 0, les Olympiens remportent cette prestigieuse compétition européenne. Mieux encore, il s’agit du premier club français à remporter ce titre et soulever ce précieux trophée.

2013 – L’année où Marseille est devenue Capitale européenne de la Culture

2013 fut l’occasion de découvrir un nouveau visage de la ville. Tout d’abord d’un point de vue architectural avec le nouveau visage du FRAC – Fonds régional d’art contemporain – l’ouverture du MuCEM – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée-, et de la Villa Méditerranée.
Au delà de ces monuments, Marseillais et touristes ont pu assister à de nombreuses manifestations culturelles en tout genre, dont des expositions exceptionnelles.
Bilan : près de 10 millions de visiteurs auraient assisté aux événements sur le territoire et MP2013 aurait attiré environ 2 millions de touristes de plus que l’année précédente. Selon une enquête réalisée par le cabinet Euroval, Bouche-du-Rhône Tourisme et Agram, 90% des touristes affirmaient vouloir revenir dans le département.

17 juillet 2016 – Le Corbusier inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO

L’unité d’habitation « Le Corbusier », situé dans le 8ème arrondissement, est une des œuvres architecturales les plus remarquables de la ville. Elle est le résultat d’un travail de cinq années de travail par l’architecte Jean-Edouard Jeanneret-Gris, dit Le Corbusier.
Inauguré en 1952, ce bâtiment est un véritable village vertical, où on y trouve de tout. Des logements, une boulangerie, une école etc.
Après deux refus en 2009 et 2011, l’ensemble des œuvres architecturales de Le Corbusier est finalement inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO le 17 juillet 2016.

Ces dates qui pourraient faire basculer l’avenir des Marseillais

Depuis plusieurs années, Marseille s’affiche comme une ville tournée vers l’avenir, en quête d’un rayonnement international. L’année prochaine, elle sera officiellement Capitale Européenne du Sport, un rôle qui lui tient à cœur et qu’elle compte bien prendre au sérieux en organisant une série d’événements sportifs. Forte de ce titre qui lui est accordé, Marseille voit plus loin. Les Jeux Olympiques de 2024 pourraient être un véritable coup de projecteur sur la ville, si Paris était choisie comme ville hôte. La cité phocéenne accueillerait alors les épreuves de voile et quelques matchs de football : l’occasion d’acquérir une nouvelle reconnaissance internationale grâce aux retransmissions télévisées.
Si la ville n’a pratiquement plus rien à prouver dans le domaine du sport, elle ne délaisse pas l’art. En 2020, elle sera la première ville française à recevoir la biennale d’art contemporain Manifesta ; l’une des plus importantes en Europe. Et comme rien ne semble arrêter la cité phocéenne, elle fait également partie des villes candidates pour accueillir L’Exposition universelle de 2025, avec pour thématique « Voyage en Méditerranée ». Aucun doute : Marseille semble décidée à rayonner mondialement.

Suite de notre Gros Dossier par ici : Marseille et les Arts

Pin It

Vous aimerez aussi lire ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *