Pêche sous-marine dans le 13 | Ce qu’il faut savoir

plongée poissons bouches du rhone

La pêche sous-marine est très réglementée en France et chaque localité a ses spécificités. Pour maintenir un taux de ressources marines suffisant et une biodiversité riche, il est important de bien se renseigner sur la réglementation de la chasse sous-marine, les lieux de pêche interdits, les espèces protégées, etc.

Découvrez aussi les 5 meilleurs sites de plongée de Marseille et ses alentours en cliquant ici.

Réglementation générale de la chasse sous-marine

Il faut avoir souscrit un contrat d’assurance responsabilité civile qui prend en compte la pêche sous-marine de loisir. L’utilisation d’un fusil-harpon n’est autorisée qu’à partir de 16 ans. Il est interdit de vendre le produit de sa pêche, de pêcher dans les ports et dans les zones de baignade. Il est interdit de chasser la nuit. Le chasseur sous-marin doit signaler sa présence en surface avec une bouée ou un pavillon. Il lui est défendu de détenir à bord un appareil de respiration pour la plongée. Pour un complément d’informations, cliquez ici.

Les zones interdites à la pêche sous-marine

Dans les Bouches-du-Rhône, la pêche sous-marine est prohibée toute l’année :

– de la pointe Ouest à la pointe Est de l’anse des Cuivres ;
– dans l’anse de Pomègues sur l’archipel du Frioul jusqu’à 200 m du fond de cette anse.

Elle est défendue du 1er novembre au 31 mars :

– du Cap Croisette au Cap Morgiou (non compris les îles et îlots) sauf les samedis et dimanches.

mer peche calanques cassis marseille

Espèces interdites et réglementées (listes et informations non exhaustives)

Espèces interdites sur l’ensemble du territoire :

– La grande nacre : l’un des plus grands coquillages du monde (il peut surpasser 1 mètre de long !). Auparavant courant, le bivalve est devenu très rare à cause de la pollution, des ancrages, des chalutages, des plongeurs et du recul des herbiers de posidonies dans lesquels il vit.

– Le jeambonneau rude : aussi appelé nacre écailleuse, il est reconnaissable par ses grosses écailles tuilées. Le jambonneau rude vit dans la roche.

– La datte de mer : le mollusque présent en Méditerranée est protégé. Auparavant, la datte de mer se vendait au prix du caviar. S’installant dans des galeries de calcaire qu’elle creuse, elle était par conséquent pêchée à la dynamite ou au marteau-piqueur.

– La grande cigale de mer : elle mesure entre 20 et 50 cm de long et vit de 3 à plus de 100 m de fond. La pêche intensive du crustacé a décimé sa population.

– La grande patelle : le mollusque vivant en Méditerranée peut atteindre 8cm de diamètre, ce qui en fait la plus grande de toutes les patelles de Méditerranée. Elle se nourrit en râpant les algues quand elle se déplace. A cause de la pollution et des pêcheurs qui s’en servaient comme appât, elle n’est plus présente qu’en Corse et en Sardaigne… vous ne risquerez pas d’en croiser sur les côtes des Bouches-du-Rhône.

– L’oursin diadème de Méditerranée : ses piquants peuvent dépasser 10 cm de long. On la retrouve surtout dans la partie orientale de la Méditerranée car la mer y est plus chaude. Le chalutage, la pollution et les plongeurs qui les ramassaient pour la déco ont menacé l’espèce.

Espèces interdites en Méditerranée :

– Le mérou brun : Il fait partie des 8 espèces de mérou recensées de Méditerranée. Il vit entre 20 et 200 m de fond dans les zones rocheuses accidentées. Le mérou brun peut atteindre les 100 kg !

– La badèche : Elle est surnommée Mérou Rayé. Son dos et ses flancs sont brun sombre. Il s’agit d’un poisson souvent solitaire excepté au moment de la reproduction.

– Le cernier : Prédateur vorace, il se nourrit de gros poissons, de mollusques et de crustacés !

– Le corb : Appelé aussi corb noir ou corbeau de mer, il mesure le plus souvent entre 30 et 40 cm. On le retrouve régulièrement en petits bancs.

D’autres espèces sont interdites de pêche comme la Raie Brunette par exemple.

Espèces réglementées :

– La Coquille Saint-Jacques : le mollusque bivalve fait partie de la famille des Pectinidés. Toutes les espèces de cette famille peuvent recevoir l’appellation commerciale « Saint-Jacques » mais la coquille Saint-Jacques (la vraie) est la plus recherchée des gastronomes. La maille légale de pêche (taille minimum autorisée) de la Coquille Saint-Jacques est de 10 cm.

– L’ormeau : l' »oreille de mer » vit accrochée aux rochers. C’est un mets raffiné et sa nacre est recherchée. La pêche sous-marine des ormeaux est interdite dans certaines régions.

– Le thon rouge : il s’agit d’un ensemble d’espèces de thon qui rassemble les plus gros gabarits. Leur chair est rouge. La surpêche les menace. Sa maille est de 115cm ou 30kg.

– Le bar : On l’appelle aussi le « loup de mer ». Depuis le début des années 2000, le stock de bars s’effondre. Sa maille légale en Méditerranée est de 30 cm.

– L’oursin : Il est aussi appelé « hérisson de mer ». En région PACA, la quantité maximale autorisée pour les pêcheurs de loisir est de 4 douzaines d’oursins par pêcheur et par jour. La pêche des oursins est interdite du 16 avril avril au 31 octobre (cf la carte ci-dessous). La taille minimale autorisée est de 5 cm hors piquant.

La pêche d’autres espèces est réglementée comme celle du homard (maille longueur totale 30 cm), de la langouste (maille longueur céphalotoracique 9 cm) ou encore de la langoustine (maille longueur totale 7 cm).

Pour toutes les mailles légales en Méditerranée, cliquez ici (attention aux mises à jour).

reglementation pêche